Logements sociaux : Montrouge sanctionnée par le préfet
  • Post published:13 mars 2020
  • Post Category:Montrouge

COMMUNIQUE DE PRESSE

323 851 euros de pénalités pour Montrouge pour défaut d’investissement dans les logements sociaux (loi SRU)

Comme chaque année, le préfet des Hauts-de-Seine a publié le 21 février 2020 les arrêtés constatant la progression du nombre de logements sociaux dans chacune des villes du département et fixant le cas échéant les pénalités -dites « SRU »- sanctionnant le non-respect de l’atteinte de l’objectif légal de 25% de logements sociaux.

La publication porte sur 21 communes toutes en défaut par rapport à l’objectif et, si on constate que 8 villes sont pénalisées, 13 d’entre elles n’ont aucune pénalité.

Montrouge fait partie comme trop souvent des villes pénalisées et écope de la troisième amende la plus élevée avec 323 851 euros de pénalités

Avec 21,27% de logements sociaux au 1er janvier 2019, Montrouge reste en dessous du seuil légal de logements sociaux. Pourtant bien que celui-ci soit plus élevé que dans d’autres villes, Montrouge est sanctionnée aucun investissement sérieux n’est fait dans la construction de logements.

« A Montrouge, le Maire sortant promet la construction de logements sociaux le temps d’une campagne électorale puis l’oubliera aussi vite comme l’a fait son prédécesseur » indique Joaquim TIMOTEO, « C’est un engagement qui n’a jamais été tenu depuis 15 ans et qui met aujourd’hui dans la plus grande difficulté une partie de la population qui a un besoin urgent de logements accessibles et dignes, cette nouvelle amende vient confirmer l’échec total de la politique du logement à Montrouge »

Joaquim TIMOTEO, tête de liste « Montrouge Mérite Mieux » conclut « Cette négligence est d’autant plus inacceptable qu’à Montrouge, près de 3200  familles sont en demande d’un logement social dont près de 20% sont des familles monoparentales. »

La liste « Montrouge Mérite Mieux » s’engage à repenser la politique du logement pour permettre l’accès du plus grand nombre à des logements abordables et dignes. Cela passe par le développement d’une politique de logement social diffus, l’incitation à la transformation des immeubles de bureaux vacants en logements d’habitation, l’instauration du « Charte promoteur » et des outils innovants pour l’accession facilitée à la propriété pour les classes moyennes (bail réel solidaire, habitat participatif)

Partagez !