Pour la création d’un conseil de jeunes départemental

Lors de la séance du Conseil départemental du 14 décembre, j’ai déposé un vœu invitant à la création d’un conseil de jeunes départemental.

Exposé des motifs

La pierre angulaire d’une démocratie juste et efficace est la participation de tous ses citoyens. Parmi eux, la place des jeunes ne doit pas être oubliée. Ils ont en effet souvent le sentiment que leurs idées et préoccupations ne sont pas suffisamment prises en compte dans le débat public, ce qui peut notamment se traduire lors des consultations électorales par un fort abstentionnisme. La question de leur engagement renvoie à une diversité de pratiques, de lieux, qu’ils fréquentent dans et hors le temps scolaire. Sans aucun doute, les jeunes peuvent faire bénéficier la collectivité de leurs connaissances et de leurs expériences. Ils sont capables de prendre des responsabilités et de participer à la co-construction de toutes les politiques publiques – et pas uniquement celles relatives à l’enfance et à la jeunesse et de faire des propositions pertinentes pour l’amélioration de la société. Leur permettre de s’impliquer dans la vie de la cité c’est aussi créer les conditions d’exercice d’une citoyenneté active.

Les dispositifs et les outils pour favoriser cette participation des jeunes sont connus. Parmi ceux-ci, les conseils d’enfants et/ou de jeunes aux appellations multiples ont pu être déployés par de nombreuses villes notamment sur le territoire altoséquanais ou encore au niveau régional.

L’article 55 de la loi « Egalité et citoyenneté » de janvier 2017 invite par ailleurs  à leur création pour répondre favorablement à une demande des jeunes de mieux prendre en compte leurs avis.

A l’initiative des collectivités locales, ces espaces de participation sont ouverts aux jeunes dont l’âge coïncide en général avec le champ de compétences : jusqu’à 11 ans environ (âge de la sortie de l’école élémentaire) pour le niveau communal, à partir de 16 ans (âge du début des années-lycée) pour le niveau régional.

Entre ces deux bornes d’âge qu’avons-nous à offrir ? Les années collège seraient-elles des années où l’engagement citoyen, les interrogations sur des questions de société aurait moins de sens ? Tel n’est évidemment pas le cas et les espaces de participation doivent justement être préservés à ce moment de l’adolescence où se forge aussi l’esprit critique. Notre collectivité territoriale aurait un réel intérêt à associer et inciter les collégiens dont elle a la charge, à exprimer leurs idées et leurs propositions pour notre territoire, sur la question des loisirs, de la culture, des mobilités, etc…

La France est un grand pays d’éducation à la citoyenneté, notre Département peut continuer à s’inscrire dans cette voie.

VŒU

Les Conseillers départementaux réunis en séance publique le 14 décembre 2018 :

Affirment la nécessité de renforcer l’éducation à la citoyenneté pour les jeunes altoséquanais

Décident dans ce cadre la création d’un Conseil départemental des jeunes ouvert aux collégiens des Hauts-de-Seine

La majorité départementale de droite a rejeté ce voeu pour autant très consensuel dans son objet. Plusieurs élus de droite m’ont indiqué vouloir le soutenir mais au final c’est la logique de clan qui a prévalu . Seule la gauche l’a soutenu.

Chacun mesurera le message adressé à la jeunesse de notre département…

Fermer le menu