Sortir de l’impasse

Sortir de l’impasse

Après la déchéance de nationalité, serait-ce maintenant le tour du recul social ?

Je ne l’espère sincèrement pas mais trop, c’est trop !

Voilà pourquoi je souscris aux propos tenus par les signataires de la tribune « Sortir de l’impasse », parue dans Le Monde daté du jeudi 25 février, que j’ai co-signée ce matin.

 

Pour la co-signer à votre tour, cliquez ici

 

***

SORTIR DE L’IMPASSE

Par Claude ALPHANDERY, résistant, économiste engagé dans l’insertion, Martine AUBRY, maire de Lille, Daniel COHN-BENDIT, européen, Daniel COHEN, économiste, Laurence DUMONT, 1ère Vice-Présidente de l’Assemblée Nationale, Yann GALUT, député du Cher, Jean Marc GERMAIN, député des Hauts-de-Seine, Annie GUILLEMOT, sénatrice du Rhône, Benoit HAMON, député des Yvelines, Yannick JADOT, député européen, Bruno JULLIARD, 1er adjoint à la maire de Paris, Axel KAHN, généticien, essayiste, Chaynesse KHIROUNI, députée de Meurthe-et-Moselle, François LAMY, député de l’Essonne, Gilles PARGNEAUX, député européen, Christian PAUL, député de la Nièvre, Laura SLIMANI, présidente de Young European Socialists, Michel WIEWORKA, sociologue

***

Il est des vérités désagréables à dire, mais il est des moments où il faut savoir les mettre en pleine lumière. Trop, c’est trop ! Les motifs d’insatisfaction sur les politiques menées depuis 2012 n’ont pas manqué, et nous-mêmes, comme d’autres n’avons pas manqué d’alerter. Depuis quelques mois, ces désaccords se sont mués en une grande inquiétude. La colère populaire s’est confirmée sans appel par quatre défaites électorales successives. Ce n’est plus simplement l’échec du quinquennat qui se profile, mais un affaiblissement durable de la France qui se prépare, et bien évidemment de la gauche, s’il n’est pas mis un coup d’arrêt à la chute dans laquelle nous sommes entraînés. Bien sûr, nous n’oublions pas les succès de la COP 21, la priorité donnée à la lutte contre les inégalités à l’école, les avancées de la loi santé. Lire la suite

Revalorisation de l’APA à domicile

Revalorisation de l’APA à domicile

La loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement est entrée en vigueur le 1er janvier 2016. Dans un contexte budgétaire contraint, ce sont 700 millions d’euros par an qui seront alloués à l’accompagnement de l’autonomie des personnes âgées. Cette loi met en avant l’anticipation du vieillissement de la société dans les politiques publiques. Il s’agira de préserver au mieux l’autonomie des personnes âgées en leur apportant tout le soutien possible. La revalorisation de l’Allocation personnalisée d’autonomie (APA) à domicile est l’une des mesures phares qui démontre la volonté gouvernementale de répondre à l’une des principales réoccupations des personnes âgées : celle de vieillir chez elles, dans de bonnes conditions et avec un accompagnement adapté à leurs besoins.

Quels changements sont apportés par la loi ?

Engager un véritable acte II de l’APA à domicile

  • Augmenter le nombre d’heures d’aide à domicile pour les âgés qui en ont le plus besoin
  • Réduire le niveau de participation financière (le « ticket modérateur »)
  • Exonérer de toute participation financière l’ensemble des bénéficiaires de l’ASPA (minimum vieillesse).
La quasi-totalité des bénéficiaires de l’APA à domicile (600 000 personnes) profiteront d’une baisse substantielle de leur reste à charge.

Par exemple, pour une personne en GIR 1 disposant de 1 500 euros de revenus mensuels, le reste à charge passera de 400 à 250 euros, soit une économie de 1 800 euros par an.

Revalorisation de l’Allocation personnalisée d’autonomie (Acte II de l’APA à domicile)
Les personnes fragilisées avec un plan d’aide actuellement au plafond bénéficieront du déplafonnement de cette aide :
pour les personnes avec une perte d’autonomie réduite  => 1 HEURE d’aide à domicile supplémentaire par semaine
pour les personnes les plus dépendantes avec un plan d’aide actuellement au plafond => 1 HEURE d’aide à domicile supplémentaire par jour

 

apa

Avec les salariés de Servier à Suresnes

Avec les salariés de Servier à Suresnes

Présent ce matin à Suresnes en soutien aux salariés du groupe Servier qui supprime 95% des emplois de visiteurs médicaux. Ce sont plus de 650 postes qui disparaissent sans aucun accompagnement pour le moment .

 

servier4
servier3
servier1
servier2

Allocation de rentrée 2015

L’allocation de rentrée scolaire a été versée au cours de ce mois d’août à plus de 3 millions de familles. 5 millions d’enfants scolarisés en bénéficieront.

Après la revalorisation exceptionnelle de 25% intervenue en août 2012, le montant de l’allocation de rentrée scolaire s’élève actuellement à :

– 363 euros pour les enfants de 6 à 10 ans ;

– 383 euros pour les enfants de 11 à 14 ans ;

396 euros pour les enfants de 15 à 18 ans.

Cette année, le  Gouvernement poursuit la simplification du dispositif :

– Depuis la rentrée scolaire 2014, les parents d’adolescents de 16 à 18 ans n’ont plus l’obligation de fournir un justificatif de scolarité pour bénéficier de cette aide ;

– Cet été, cette disposition est étendue aux apprentis : leurs parents n’auront donc plus à fournir de justificatifs de scolarité pour bénéficier de cette aide ;

– Enfin, l’allocation de rentrée scolaire est désormais également versée aux parents d’enfants en situation de handicap ayant atteint l’âge de 6 ans et encore scolarisés à l’école maternelle, comme les ministres s’y étaient engagées.

alloc_rentree

Financement du passe Navigo à tarif unique à 70€

INFOGRAPHIE-01-CARTE-640-250-620x250

 

Lors de la séance plénière de juin, la majorité régionale a voté la participation régionale au financement du passe Navigo à tarif unique qui entrera en vigueur dès septembre 2015.

Une mesure profondément égalitaire

Sous l’impulsion politique de la majorité régionale, le Syndicat des transports en Île-de-France (STIF) va mettre en place au 1er septembre le Passe Navigo à tarif unique (70 €), valable pour l’ensemble des transports en commun franciliens.La mise en œuvre de cette mesure vise à améliorer la mobilité et l’accès de tous les Franciliens aux transports en commun. Issue d’une réforme tarifaire progressive initiée il y a près de 10 ans, cette mesure accompagne le développement de l’offre en petite et grande couronne et prépare le réseau de transports de demain. En effet, la tarification unique et le chantier du Grand Paris sont les deux faces d’un même projet qui tend vers un rééquilibrage aussi bien territorial que social au service de tous les Franciliens.Car dépasser les frontières tarifaires de la Carte Navigo, c’est ajouter une dimension sociale à la carte d’identité des franciliens. Les transports en commun sont un bien de première nécessité que nous ne pouvons ignorer. La mise en place de la Carte Navigo à tarification unique aura un impact concret sur la vie quotidienne et sur le pouvoir d’achat de millions d’usagers.

Un passe unique étendu aux collégiens, lycéens et appentis

Autre bonne nouvelle pour la jeunesse francilienne, le vote en séance plénière a ouvert la voie vers la mise en place de la tarification unique pour les collégiens, lycéens et apprentis dès la rentrée 2015.Un vote qui devra être confirmé lors du prochain conseil d’administration du STIF et qui envoie un signal fort aux scolaires d’Île-de-France.

Culture à Montrouge – Augmentation de près de 20% du prix des spectacles !

Intervention de Joaquim TIMOTEO

Conseil municipal du 17 avril 2014

Culture à Montrouge – Augmentation de près de 20% du prix des spectacles !

Chers collègues,

La délibération présentée ce soir propose une nouvelle tarification pour la prochaine saison culturelle 2014-2015 du Beffroi.

Pour la justifier, il est rappelé que les tarifs sont élaborés en tenant compte notamment des caractéristiques structurelles du Beffroi.

Au final, il est proposé 2 aménagements de tarification qui semblent mineurs de prime abord mais qui ont une conséquence importante pour les Montrougiens : une augmentation démesurée du prix du billet de spectacles !! car au lieu d’une augmentation normale liée au coût de la vie, le prix de la plupart des billets va progresser entre 11 et 20% !! c’est totalement anormal !

En fait, cette hausse est répercutée de plusieurs manières :

1/ D’abord avec un joli tour de passe-passe qui consiste dans la définition d’un nouveau découpage de la salle Moëbius. La salle principale était jusqu’à ce jour partagée en 3 parties : une 1ère zone (orchestre bas) allant du milieu de salle jusqu’à la scène et une 2ème zone (orchestre haut) allant du milieu de la salle jusqu’au pied du balcon, la 3ème zone étant le balcon.

Mais selon la proposition du Maire, il n’y aura plus qu’une seule zone pour la salle principale à la prochaine rentrée. Pourquoi ce changement ? personne ne le sait et aucun argument n’est donné.

Chacune des zones avait auparavant sa propre tarification  (la zone 1 proche de la scène étant plus chère que la zone 2 ). Le passage à une zone unique conduit à la fusion des tarifications en se basant sur les prix de la zone la plus chère… Conséquence : le prix des places situés aujourd’hui en haut de la salle vont augmenter en moyenne de 20% !! 

2/ Le choix est fait ensuite de cibler sur une population particulière : celle des jeunes ! pour eux , c’est un peu la double peine puisque c’est la seule catégorie de public qui voit augmenter ces tarifs aussi dans la zone principale qu’au balcon. Ce n’est pas de cette façon que l’on va attirer les jeunes vers la culture !

3/ 3ème forme de répercussion de l’augmentation : celle sur les abonnements.

-L’abonnement Découverte passe de 54 à 60 € soit une hausse de 11%.

Les autres abonnements conservent leur prix changent dans leur contenu. Tous les spectacles gratuits qui étaient inclus dans ces formules sont supprimés.  Quelles sont les répercussions dans le détail ?

– L’abonnement Au large reste fixé à 90€ mais pour 5 spectacles au lieu de 6 spectacles (5 payants et 1 gratuit) , soit une hausse du prix moyen de la place de 20%.

– L’abonnement Fidélité reste fixé à 128€ mais pour 8 spectacles au lieu de 9 spectacles (8 payants et 1 gratuit) , soit une hausse du prix moyen de la place de 12%.

– L’abonnement Passion reste fixé à 168€ mais pour 12 spectacles au lieu de 14 spectacles (12 payants et 2 gratuits) , soit une hausse du prix moyen de la place de 16%.

Cette façon de faire n’est pas acceptable. Rien ne justifie une telle hausse des tarifs pour la prochaine saison culturelle.

Et il est clair que nous voterons contre cette délibération injustifiée et qui pénalise les Montrougiens.