La situation des mineurs isolés doit être une priorité

Tribune Elus socialistes – HDS Mag n°48 – juillet-août 2016

Catherine PICARD

 

Les mineurs isolés sont des jeunes qui arrivent en France pour fuir la guerre, la torture, les violences sexuelles, sans parents ni tuteur. Il est de la compétence des Départements de protéger ces jeunes par l’intermédiaire de l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE), service non personnalisé du Département chargé d’apporter un soutien matériel, éducatif et psychologique aux mineurs. Ainsi à Paris, Anne Hidalgo a récemment mis en place un guichet unique pour permettre à ces jeunes sans papiers de bénéficier rapidement d’une mise à l’abri.

Notre Département ne prend pas pleinement en considération la situation douloureuse dans laquelle se retrouvent ces mineurs.

La première difficulté concerne la prise en charge dans le dispositif qui laisse parfois des jeunes sans qu’aucune solution ne leur soit proposée. Alertés par des associations du département, à qui nous souhaitons rendre hommage pour leur travail quotidien d’aide sur la situation des mineurs isolés vivant dans les Hauts-de- Seine, les élus socialistes ont demandé le renforcement dans l’accompagnement de ces jeunes.

Nous exigeons que les obligations légales soient respectées : que chaque jeune pris en charge bénéficie, dès son arrivée, non seulement d’un hébergement mais aussi d’un accompagnement dans ses démarches administratives et suive rapidement des cours d’alphabétisation, si nécessaire.

En effet ces jeunes se retrouvent trop souvent dans une situation paradoxale : ils trouvent une formation mais l’accès y est refusé à cause de leur absence de papiers et leurs lacunes en français. Cette situation est inacceptable pour des jeunes qui se battent pour réussir alors qu’ils vivent dans des conditions extrêmement précaires.

Par ailleurs, les jeunes pris en charge dans le cadre de l’ASE se retrouvent trop souvent mis à la rue le jour de leur majorité.

Aussi, outre la nécessaire prise en charge des mineurs isolés, nous avons demandé la mise en place de dispositifs d’accompagnement des jeunes après leur majorité. La situation extrêmement douloureuse vécue chaque jour par les jeunes isolés nécessite un engagement fort et courageux de notre Département ! Nous veillerons à ce que chacune des situations sur lesquelles nous serons alertés soit traitée dans le respect de la dignité humaine.

Partagez !