PLU – nouveau PADD: un quasi plaidoyer pour l’immobilisme !

travauxIntervention au Conseil municipal du 25 juin 2015

Joaquim TIMOTEO

Nouveau projet d’aménagement et de développement durables

 

Dans la séquence de ré-élaboration du plan local d’urbanisme, nous voici aujourd’hui dans la phase de discussion du projet d’aménagement et de développement durables (PADD).

Ce document sur lequel nous sommes invités à débattre n’est pas un document opposable, il ne constitue pas le cœur du PLU mais il conserve néanmoins toute son importance.

Une réelle et véritable importance car il doit décrire la façon dont nous projetons notre ville dans l’avenir. Les objectifs retenus de développement, d’aménagement seront ensuite traduits plus techniquement dans le règlement et le plan de zonage du PLU.

A la lecture de ce document, je ferai une première observation : il est pour le moins tiède, sans véritable ambition et fait abstraction des vraies évolutions pour notre ville.

Il est vrai qu’à sa lecture tout semble pour le mieux dans le meilleur des mondes…

  • des  espaces verts : Montrouge en possèderait en nombre suffisant …
  • des pistes cyclables : mais elles existeraient déjà …
  • des équipements publics : ils seraient suffisants  …
  • etc…, etc…

Puisque tout est là au quoi bon faire évoluer les choses… C’est que semble vouloir dire le document que nous est proposé, avec une philosophie simple : faire le minimum et profiter de ce que font les autres. Vous comprendrez que je ne partage absolument pas ce point de vue.

Je ne vais pas reprendre point par point les éléments du document mais je voudrais en aborder les plus importants dont certains étaient déjà inscrits dans le PADD de 2007 et dont nous n’avons pas réellement vu leur effectivité depuis. C’est dire si je suis dubitatif sur ce qui est proposé aujourd’hui.

Le 1er des axes que vous proposez est celui de la préservation du cadre de vie avec un 1er objectif qui est celui d’accorder une importance primordiale à la trame verte montrougienne, support (je cite) de biodiversité et de qualité de vie. Je ne peux que vous félicitez pour cette fibre verte que je vous découvre.

Les propositions qui viennent détailler ce que pourrait être cette trame verte virtuelle demeurent nettement insuffisantes puisqu’elles se résument au seul maintien de ce qui existe

Aucune ambition de créer de nouveaux espaces verts collectifs mais un seul constat sans réel débouché, celui de dire que Montrouge est situé entre 2 secteurs d’intérêt écologique : la Cité Universitaire de Paris et le Cimetière Parisien de Bagneux.

L’axe 2 développe l’optimisation du fonctionnement urbain . Il y est enfin question de logement. Venons-y un instant. Je note tout d’abord sur ce point une véritable différence avec le PADD précédent : la disparation de la volonté de maintenir un habitat diversifié de qualité.

Il est vrai que c’est la disparition progressive de cette diversité et l’uniformisation des constructions dans notre ville que l’on a constaté depuis maintenant presque 10 ans. Uniformisation qui s’est traduite par l’élimination progressive des familles les plus modestes.

Donc pas étonnant que l‘on ne propose plus maintenant que de (je cite) « produire de nouveaux logements en tenant compte des potentiels limités ». Quand on voit le nombre de projets immobiliers de bureaux qui ont à nouveau envahi Montrouge, je comprend mieux votre souhait timide de limiter cette diversité et le développement des équipements publics nécessaires.

Il y est également question des déplacements et notamment des déplacements doux. Au final on ne trouve sur ce point que très peu de propositions notamment sur les modes alternatifs d’usage de l’automobile si ce n’est celles déjà impulsées par l’Etat (bornes de recharges pour véhicules électriques ou limitation des places de stationnement dans les projets tertiaires).

Pour les circulations douces, rien également si ce n’est se reposer sur l’offre proposée par d’autres communes telle que le Velib’.

J’ai cherché désespérément une proposition de développement d’un réseau de pistes cyclables mais je ne l’ai pas trouvé. Les cartes de la ville qui illustrent le PADD n’en font aucune indication.

J’ai cherché également une proposition qui encouragerait aussi les déplacements à pied dans notre ville, mais rien non plus…

Deux points pour finir. D’abord celui de la concertation. Comme d’habitude, elle s’est faite a minima : 1 réunion publique avec quelques kakemonos de présentation, 4 ateliers thématiques qui ne se sont réunis qu’une seule fois.

Cela ne peut évidemment pas suffire pour créer l’adhésion du plus grand nombre de Montrougiens. Et les rappels que vous ne manquerez pas de me faire sur la publicité faite dans les différents supports de communication, ne peuvent suffire non plus pour se donner les moyens d’une véritable démocratie participative, si tant est qu’on en veille véritablement dans cette ville.

Enfin, je voudrais vous faire part d’un dernier sentiment que transparaît à la lecture de ce document. Montrouge doit sans doute pour vous « vivre hors-sol », coupé de son environnement et des changements institutionnels qui s’annoncent comme celui du renforcement de la carte de l’intercommunalité et du Grand Paris.

En effet, à aucun moment, il n’est fait référence aux défis qui nous attendent dans les années qui viennent pour mieux inscrire Montrouge dans le Grand Paris ou tout simplement à la façon dont nous entendons travailler avec les villes qui nous entourent.

Les modalités des coopérations à imaginer avec notre environnement sont absentes de ce PADD qui pourtant doit dessiner les grands axes stratégiques pour  les 10 à 15 prochaines années.

Au final ce document qui devrait être prospective et stratégique ne fait finalement référence qu’au présent !

Nous ne pouvons pas voter son adoption.

Partagez !