Le Parisien : « Ils seront les seuls élus socialistes à siéger au nouveau conseil »

Article LE PARISIEN 30.03.2015

 

 

Ils seront les seuls élus socialistes à siéger au nouveau conseil

Pascale AUTRAN

« Ça donne la niaque ! » Au lendemain de leur victoire dans le canton de Montrouge-Malakoff, arraché à la droite et aux communistes, les rescapés de l’hécatombe socialiste dans le département se préparent à faire leur entrée ce jeudi dans la nouvelle assemblée.

4652271_b9b9e424-d70c-11e4-8f0b-001517810e22-1_545x460_autocrop

« Il en reste deux, il faut bien préserver l’espèce », se moquait Patrick Devedjian dimanche soir. « Au pays des dinosaures, ça laisse des perspectives ! » rétorque Joaquim Timoteo, visiblement pressé d’en découdre. « On a bien travaillé, on ne part pas les mains vides », assure Catherine Picard. Mais derrière ce volontarisme affiché, les socialistes savent bien qu’ils vont se sentir un peu seuls… Portraits croisés d’un duo qui va devoir se serrer les coudes.

Ça tombe bien, les deux voisins de Montrouge et Malakoff se connaissent bien : tous deux ont participé à la campagne de la députée Julie Sommaruga, dont Joaquim Timoteo est le suppléant. Tous deux ont des parcours similaires : venus du monde associatif, « on n’est pas issus du sérail politique », affirment-ils de concert. Même si, militants depuis 20 ans pour l’une, 14 ans pour l’autre, ils ont fait leur chemin dans les instances locales du PS, tendance Aubryiste, « mais pas frondeurs », précisent-ils. Tous deux se sont présentés aux dernières municipales, et auréolés de cette victoire inespérée, ne cachent pas leurs ambitions pour les prochaines : « 2020 n’est pas loin ! »

Si Catherine Picard est conseillère municipale à Malakoff depuis 20 ans, elle vient du monde de l’éducation : elle a notamment dirigé l’école Nouvelle d’Antony. A 63 ans, cette mère de 3 enfants et grand-mère de 2 petits-enfants, est aujourd’hui maire-adjoint, justement en charge de l’éducation, après s’être occupée des politiques d’emploi et d’insertion. « Un dossier qui me tient à cœur, sur lequel j’ai envie de continuer à m’investir au conseil départemental, il y a beaucoup à faire ! » Avec l’économie sociale et solidaire, autre sujet qui lui est cher, « c’est des dossiers qui peuvent transcender les positions politiques ».

Réalistes, les socialistes savent qu’ils vont devoir composer, avec le reste de la gauche — et ses six élus PC — et même au-delà. « On ne va pas se crisper sur des positions figées, d’opposition sans sens », assure Joaquim Timoteo.

A 47 ans, ce père de deux filles, qui a longtemps animé la FCPE de Montrouge, est conseiller municipal d’opposition depuis 2008. Il est fonctionnaire à l’Institut national de la Jeunesse et de l’Education prioritaire où il chargé de l’évaluation des politiques publiques : « La question de la jeunesse, c’est mon métier, et le fil rouge de mon engagement. Des problématiques comme l’école, l’emploi, l’insertion, sa place dans la société… Il y a beaucoup de sujets où les jeunes se sentent à l’écart », déplore le socialiste, persuadé qu’il faut les faire participer aux décisions publiques, comme d’ailleurs tous les citoyens. Les deux élus comptent organiser pour eux ateliers et réunions publiques tout au long de leur mandat : « Il faut d’abord écouter, si on veut être des porte-voix ! » Reste à réussir à se faire entendre.

 

http://www.leparisien.fr/antony-92160/ils-seront-les-seuls-elus-socialistes-a-sieger-au-nouveau-conseil-30-03-2015-4652271.php

Partagez !