La droite cautionne la fermeture du bureau de Poste Haut-Mesnil

La droite cautionne la fermeture du bureau de Poste Haut-Mesnil

Intervention au Conseil municipal – 15 décembre 2016

Création d’un Relais Poste Urbain

Avec la renégociation d’un nouveau contrat de présence  postale, les rapports de force se sont de nouveau exacerbés entre les élus, l’Etat et le Groupe La Poste.

C’est un fait qu’avec le développement du numérique, la Poste est impactée par une baisse importante du courrier. Elle doit s’adapter à cette évolution évidemment.

Mais ce dont il s’agit aujourd’hui, ce n’est pas de cela. La question qui est posée  est celle de savoir si nous souhaitons ou pas le maintien d’un service public postal de proximité. Ceci n’est pas un combat d’arrière-garde !

Personnellement, je continue de penser que ce service est essentiel, qu’il participe aussi du lien social et de la vitalité dans les quartiers où il est présent, fonction que ne peut remplir la solution qui est proposée.

Que la Poste trouve de nouvelles formes de prestation en capacité de répondre aux évolutions des modes de vie, je n’y suis pas défavorable. Mais cela ne peut se faire en externalisant son activité car c’est le premier signal de sa privatisation.

C’est exactement ce que j’ai dit aux directeur-adjoint de la Poste des Hauts-de-Seine (M. Wolfman) et au responsable des relations territoriales du Groupe La Poste (M. Ponthus) que j’ai rencontrés le 7 décembre dernier avec notre députée Julie Sommaruga.

Je crois que  nous avons tous été surpris par la décision qui a été prise en octobre dernier concernant la fermeture du bureau de Poste Haut-Mesnil. La fréquentation des bureaux de Poste est en baisse partout en France : c’est -5% /an au guichet au niveau national ; c’est -4.5%/an dans les Hauts-de-Seine.

La baisse de fréquentation du bureau Haut-Mesnil (13-15%/an) est supérieure à la moyenne des Hauts-de-Seine selon les services de la Poste 92. Personnellement j’aurai aimé que la Poste 92 se penche sur les explications de cette baisse car elle doit bien avoir une explication plutôt que d’en venir  à des mesures radicales.

Sur ce point nous n’avons aucune explication. J’aurai souhaité que les résultats plus globaux sur les trois bureaux de poste de Montrouge nous soient communiqués pour que l’on se rende compte de la situation montrougienne et si les baisses constatées les sont sur tous les bureaux de poste.

Sur les services proposés aux usagers, je note qu’ils seront de fait réduits par rapport à ce qu’ils sont aujourd’hui au bureau du Haut-Mesnil, puisque toute la partie financière disparaît avec la transformation en Relais Poste Urbain.

Comment feront alors les personnes âgées ou celles qui ont des difficultés à se déplacer ? Comment feront toutes les personnes aux faibles revenus qui viennent retirer au guichet leurs pensions ou leur minima sociaux ? Plus du tiers de l’activité du bureau de poste du Haut-Mesnil est lié à cette activité financière (ce n’est pas moi qui le dit, c’est la Poste), ce n’est pas rien !!

Par ailleurs, ce bureau de Poste est également un des rares lieux dans le quartier doté d’un distributeur de billets (qui de fait disparaîtra avec le Relais Poste prévu).

Enfin, nous ne sommes pas en milieu rural mais en milieu urbain et dense et je ne crois pas dans ce contexte à la sauvegarde du petit commerce de proximité par la mutualisation d’offres de services. Et si on a « vendu » cet argument au commerçant, je crois qu’on l’a induit en erreur. Car soit son offre commerciale est en phase avec le quartier, soit elle ne l’est pas. Et si c’est difficile pour ce commerçant aujourd’hui, ce n’st pas l’activité postale même si elle est dédommagée qui sauvera son commerce.

Donc évidemment nous rejetons le choix qui est proposé de fermeture du bureau de poste du Haut-Mesnil.

Un dernier mot, vraiment pour finir, vous venez de refuser un vote à bulletins secrets malgré votre engagement en commission. Dont acte. Mais j’espère que la signature des élus que nous sommes, en responsabilité, vaut quand même quelque chose et que les élus de votre majorité qui ont été signataires de la pétition de sauvegarde du bureau de poste, prendront eux aussi leur responsabilité lors du vote à main levée que nous aurons tout à l’heure.

 

Ordre du jour du conseil municipal du 15 décembre 2016

Ordre du jour du conseil municipal du 15 décembre 2016

Le prochain conseil municipal aura lieu le jeudi 15 décembre à 19h à l’Hôtel de Ville de Montrouge. L’entrée est libre.

L’ordre du jour sur lesquelles le conseil municipal est appelé à délibérer est établi par la majorité municipale. L’opposition municipale ne peut le modifier ou l’influer.

Ordre du jour

FINANCES

  1. Subventions aux associations – attributions complémentaires au titre de 2016
  2. Décision modificative n°4
  3. Autorisation d’engager et de mandater des dépenses d’investissement avant le vote du budget 2017
  4. Habilitation du Maire à recourir à des instruments de couverture de taux d’intérêts
  5. Subventions aux associations – attributions de l’exercice 2017
  6. Tarif communaux pour l’année 2017
  7. Admissions en non-valeurs
  8. Don de matériels de fitness de l’Aquapol au centre de secours de Montrouge
  9. Approbation du rapport de la Commission Locale d’Evaluation des Charges Territoriales de l’Etablissement public territorial Vallée Sud – Grand Paris concernant la part révisée du fonds de compensation des charges territoriales

AMENAGEMENT URBAIN

  1. 10 rue Sadi Carnot – acquisition du lot n°31
  2. 30 rue de la Vanne – acquisition d’une emprise foncière d’une superficie de 58 m2 appartenant à Monsieur Pascal Souhard
  3. ZAC DES PORTES DE MONTROUGE – compte rendu annuel d’activités à la collectivité locale (CRACL) 2015 et additif au programme des équipements publics
  4. ZAC DES PORTES DE MONTROUGE – signature d’un avenant n°3 à la convention d’aménagement

RESSOURCES HUMAINES

  1. Convention de partenariat avec l’association SOS MNS
  2. Mise à jour du tableau des emplois – Filières Médico-sociale, Police municipale, Animation, Technique
  3. Agents contractuels – Programme pluriannuel d’accès à l’emploi titulaire pour les agents de la Ville
  4. Contrat d’assurance des risques statutaires du personnel – Participation de la ville à la mise en concurrence organisée par le centre interdépartemental de gestion de la petite couronne

ENFANCE – JEUNESSE – SPORTS

  1. Crèche familiale – Revalorisation de l’indemnité journalière de nourriture allouée aux assistantes maternelles

AFFAIRES CULTURELLES

  1. Vente aux enchères du Salon de Montrouge 2016 – Achat d’œuvres d’art

AFFAIRES DIVERSES

  1. Dérogation municipale au principe du repos dominical
  2. Enregistrement des demandes de logement social – Conventions avec I’Etat et MONTROUGE HABITAT
  3. Attribution d’un véhicule de fonction
  4. Convention avec le Département des Hauts-de-Seine relative à l’organisation et au financement des activités de planification et d’éducation familiale – Année 2016
  5. Règlement de fonctionnement et projet de service du Service de Soins Infirmiers à Domicile
  6. Remboursement des frais de mise en fourrière et d’amende forfaitaire indus
  7. Création d’un Relais Poste Urbain
  8. Extension de l’offre de soins du centre municipal de santé – Aqua maternité

COMMUNICATIONS

  1. Commission communale d’accessibilité – Rapport annuel

Les zones à circulation réduite à Paris

Les zones à circulation réduite à Paris

Intervention au Conseil municipal – 24 novembre 2016

 

La question des zones à circulation réduite, voir celle plus générale de la circulation des véhicules fonctionnant avec des carburants d’origine fossile est avant tout une question de santé publique.

C’est à Paris que les concentrations de dioxyde d’azote, c’est-à-dire ce que respire la population, sont les plus élevés d’Île de France et supérieures même à la moyenne de l’agglomération parisienne.

La valeur limite annuelle est dépassée sur plus de 70% des axes routiers parisiens et 1,2 millions d’habitants qui sont concernés par ce dépassement.

Par ailleurs on ne peut ignorer que les ¾ des émissions d’oxyde d’azote sont liés au trafic routier.

Enfin, je rappelle que la France a fait l’objet d’une procédure de contentieux avec la Commission européenne pour non respect des valeurs limites de particules.

Les caricatures que vous faites de l’action parisienne et sur l’impact incantatoire qu’auraient les décisions soumises à notre avis ne sont pas à la hauteur du débat que nous devons avoir.

Bientôt vous allez nous dire comme certains (qu’on trouve ici en France mais aussi de l’autre côté de l’Atlantique) que le dérèglement climatique n’existe pas et que tout peut rester comme avant (il est vrai que le « c’était mieux avant » et à la mode en ce moment pour certains de votre formation politique…).

Et là où vous voyez du dogmatisme, j’y vois personnellement de la responsabilité de la part d’Anne HIDALGO (et aussi du courage pour bousculer quelques fausses certitudes)

Par ailleurs, avant de s’emballer et de pousser des cris d’orfraie, le sérieux veut qu’on regarde un peu de près ce qui est proposé.

D’abord je rappelle  que ce n’est pas tout Paris qui est couverte par cette mesure de circulation restreinte mais uniquement 2% des kilomètres de voiries parisiennes intra-muros qui seront touchés par cette restriction pour la 1ère phase  et  3% de kilomètres de voirie supplémentaires pour la 2ème phase.

Au total ce sont donc 5% des kilomètres de voirie parisiennes qui sont ciblés. Et ce ciblage devrait permettre effectivement de diminuer de 15% les émissions de dioxyde d’azote sur la zone concernée.

En termes de véhicules touchés, il me semble qu’il faut aussi garder raison. Si on regarde effectivement la classification des véhicules sur toute l’Île de France, on a effectivement 430 000 véhicules qui sont « non classés » donc interdits de circulation en zone restreinte pour la 1ère phase et environ 405 000 pour la 2ème phase. Cela représente à chaque fois environ 6% de l’ensemble de parc automobile non pas à Paris mais 6% du total des véhicules particuliers en Île de France.

Evidemment tous ces véhicules ne circulent pas forcément à Paris ni en petite couronne. Certains véhicules ne circulent d’ailleurs que le week-end et ne sont donc pas concernés par la limitation (qui ne se fait qu’en semaine).

Enfin sur la question du champ de compétence, vous avez raison c’est bien la Métropole du Grand Paris (que vous avez ici tant décriée) qui s’occupe de protection et de mise en valeur de l’environnement et qui doit avant la fin 2017 élaborer un plan climat-air-énergie. C’est ce rapport qui déclenchera ses compétences opérationnelles en matière de lutte contre la pollution de l’air et les nuisances sonores. Donc pour le moment le Grand Paris n’a pas de compétence opérationnelles sur le sujet, il n’est donc pas anormal que les villes agissent encore et que Paris se saisisse du sujet.

Même remarque pour la Région sur les transports. Je ne vois pas où cette décision vient interférer sur la compétence de la collectivité régionale qui a notamment lacharge des transports collectifs au travers du STIF.

La Ville de Paris n’ignore donc aucune des compétences de ces 2 niveaux de gouvernance dans ses décisions. Au contraire, quand on regarde les cartes de concentration de la pollution liée au trafic routier, heureusement que Paris agit car  la concentration la plus forte des polluants c’est en plein cœur de Paris qu’elle se trouve.

Enfin pour ce qui concerne les tirades sur la concertation et la démocratie participative, passez-moi l’expression « c’est l’Hôpital qui se moque de la Charité ». Je ne me souviens pas personnellement – mais vous allez me rafraîchir la mémoire – qu’une large concertation ait été lancée quand vous avez choisi de façon unilatérale de changer les sens de l’avenue de la République provoquant depuis d’interminables bouchons jusqu’aux limites de la ville. Je ne souviens pas que l’avis des Montrougiens aient beaucoup été pris en compte lors de séquences importantes et structurantes comme la refonte du PLU (Plan local d’urbanisme) par exemple.

Je crois donc qu’il est impératif que les choses bougent et que les décisions politiques soient à la hauteur des enjeux de santé publique. C’est pour cela que je soutiendrai parfaitement les propositions ambitieuses et salutaires faites par la Ville de Paris dans l’avis qui est soumis à notre vote, et qui n’interdit en rien dans le cadre du Grand Paris de poursuivre la réflexion.

Ordre du jour du conseil municipal du 24 novembre 2016

Ordre du jour du conseil municipal du 24 novembre 2016

Le prochain conseil municipal aura lieu le jeudi 24 novembre à 19h à l’Hôtel de Ville de Montrouge. L’entrée est libre.

L’ordre du jour sur lesquelles le conseil municipal est appelé à délibérer est établi par la majorité municipale. L’opposition municipale ne peut le modifier ou l’influer.

Ordre du jour

ASSEMBLEE

  1. Formation des commissions municipales

FINANCES

  1. Subventions de fonctionnement 2016- attributions complémentaires
  2. Décision modificative n°3

AMENAGEMENT URBAIN

  1. 29/31 rue de la Vanne – acquisition d’une emprise foncière appartenant à la SCI résidences Franco-suisse

RESSOURCES HUMAINES

  1. Recensement rénové de la population – Rémunération du personnel chargé des opérations

ENFANCE – JEUNESSE – SPORTS

  1. Convention d’objectifs pluriannuels avec l’Association Enfants-Parents pour la gestion du Relais d’Assistantes Maternelles de Montrouge
  2. Régie Unique Enfance – Mise en place opérationnelle du Prélèvement Automatique

AFFAIRES DIVERSES

  1. Désignation du représentant de la Commune au conseil d’établissement de l’école élémentaire Raymond Queneau
  2. Modification du siège de la Métropole du Grand Paris
  3. Remboursement des frais liés à l’enlèvement et la mise en fourrière indus d’un véhicule
  4. ZCR à Paris – avis du conseil municipal

MONTROUGE : DESIGNATION DU NOUVEAU MAIRE CE SOIR

MONTROUGE : DESIGNATION DU NOUVEAU MAIRE CE SOIR

Intervention au Conseil municipal du 20 octobre 2016

La séance de ce soir est évidemment une séance particulière, un moment particulier car il va être procéder à la désignation d’un nouveau Maire.

Ce moment, nous l’attendions, nous savions qu’il allait venir tôt ou tard, en s’inscrivant alors évidemment dans une stratégie électorale.

La démission qui fait que nous sommes réunis ce soir, arrive aujourd’hui plus tôt et pour des motifs d’ordre personnel que je me garderai bien de commenter car j’ai trop de respect pour la sphère privée de chacun d’entre nous et, malgré tous les différents qui ont pu nous opposer tout au long de ces dernières années, je veux ici adresser un message de sympathie à notre collègue Jean Loup Metton dans les circonstances qui l’ont conduit à renoncer à sa fonction. Car je n’oublie pas qu’au-delà de nos sensibilités politiques personnelles et des combats politiques qui nous ont opposé, nous restons tous ici avant tout des femmes et des hommes engagés, qui avons dû souvent faire de nombreux sacrifices personnels, familiaux, voire professionnels pour nous engager au service de l’intérêt général. Et quelquefois dans tout cela, la vie nous rattrape…

Nous ne sommes pas aujourd’hui au lendemain d’un scrutin républicain mais face à une décision personnelle qui conduit à des changements dans la majorité.
Nous n’avons pas à y intervenir et nous ne participerons pas au vote.

Son issue est de toute façon connue.

Et les petits arrangements entre amis qui ont au final calmé la fougue de certains et permis à d’autres de conserver leur place malgré des divergences connues font que le suspens n’est pas très grand.

Mais une chose est certaine et les choses sont ainsi faites que demain matin nous aurons une situation où :
– D’un côté, les Montrougiens auront un Maire qu’ils ne connaissent pas
– D’un autre côté, un Maire qui ne les connait pas non plus…

De ce Maire inconnu, les Montrougiens attendent des réponses concrètes face à leurs besoins. Le Montrouge d’aujourd’hui n’est certes pas celui d’il y a 20 ans mais les problèmes perdurent. Les questions des Montrougiens sont nombreuses et je ne vais pas commencer à les lister.

Mais je serai ravi d’entendre enfin de la part de celui qui sera désigné tout à l’heure, une position sur une d’entre elles puisque jusqu’à ce jour il ne s’est exprimé sur quasiment aucun sujet au sein de cette enceinte depuis 2014.

Que fera-t-il pour les crèches et l’accueil de la petite enfance alors que les besoins sont criants?
Comment en effet offrir des accueils péri et extra scolaires de qualité pour les jeunes Montrougiens ?

Où sera située la nouvelle école élémentaire promise depuis des années et qui est devenu la nouvelle école fantôme après le vote du PLU ?

Comment combattre les situations d’insécurité qui s’installent dans certains quartiers de notre ville ? Réunira-t-il enfin un jour le Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance pour que tous les acteurs travaillent ensemble à trouver des solutions ?

Que fera-t-il pour sauver la Poste du quartier Jaurès après l’annonce de sa fermeture ?

Est-ce qu’enfin notre ville apportera comme d’autres dans ce département son aide à l’accueil (même symbolique) de quelques familles de réfugiés qui ont fuit l’horreur de la guerre ?

Que fera-t-il pour faire en sorte que le parcours résidentiel des Montrougiens leur permette de rester dans notre ville et non pas de devoir s’exiler plus loin à cause de loyers chers et d’un habitat inaccessible ?

Quel espace vert, quel espace de respiration donnera-t-il à notre ville sur-densifiée ?

Voilà les vraies questions importantes de ce soir. Car ce sont elles qui conditionnent le cadre de vie des Montrougiens. Et je ne voudrai pas que la désignation de ce soir nous les fasse oublier.

Ordre du jour du conseil municipal du 29 septembre 2016

Ordre du jour du conseil municipal du 29 septembre 2016

Le prochain conseil municipal de Montrouge aura lieu le mercredi 29 septembre à 19h. L’entrée est libre.

L’ordre du jour sur lesquelles le conseil municipal est appelé à délibérer est établi par la majorité municipale. L’opposition municipale ne peut le modifier ou l’influer.

FINANCES

  1. Métropole du Grand Paris – Désignation des représentants de la commission locale d’évaluation des charges transférées
  2. Clôture du budget annexe d’assainissement
  3. Décision Modificative n°2
  4. Taxe foncière sur les propriétés bâties – suppression  de l’exonération  de deux ans des constructions nouvelles à usage d’habitation.

AMENAGEMENT URBAIN

  1. Acquisition de droits patrimoniaux sur une oeuvre d’architecture
  2. 51 avenue de la République – échange de caves
  3. Signature d’une convention de surplomb avec la SAS EVERGREEN – Immeuble SILVAE – rue Pierre Boillaud

RESSOURCES  HUMAINES

  1. Mise à jour du tableau des emplois

MARCHES PUBLICS

  1. Concession pour la gestion et l’exploitation des marchés forains de la Commune : choix de l’attributaire et approbation du contrat.

TRAVAUX

  1. Adoption d’un agenda accessibilité programmé (Ad’aP)
  2. SIPPEREC – demandes de subventions

ENFANCE – JEUNESSE ET SPORTS

  1. Modification de la désignation des représentants du conseil municipal aux conseils d’administration de certains établissements scolaires
  2. Conventions de partenariat avec l’association LE CHEMIN DES ENFANTS
  3. Convention pour le versement  d’une subvention à la crèche Vie et Parfum au titre de son activité en 2015.

AFFAIRES DIVERSES

  1. Approbation d’un protocole transactionnel – Indemnisation de Monsieur EL BAHIJE

COMMUNICATIONS

  1. Communication sur la rentrée scolaire 2016›/2017
  2. EGS – Rapport d’activité 2015
  3. SPIE Autocité  – Rapport  d’activité 2015
  4. Espace Colucci – IFAC 92 – Rapport d’activité 2015
  5. La Maison Bleue – Rapport d’activité 2015
  6. SOGEB – Rapport d’activité 2015