#Montrouge : prime de présentéisme

Intervention au Conseil municipal du 6 décembre 2018

Prime de présentéisme : l’arbre qui cache la forêt…

Cette délibération m’intrigue… car je ne comprends le principe d’une prime qui récompense la présence !

Pour moi, ce qui valorise la présence et le travail qui est associé, cela s’appelle le salaire. Alors quand on en vient à se poser la question d’une prime de présentéisme, c’est qu’il y a  un problème.

Si ce problème est celui de l’absentéisme alors disons -le !

S’il y a un problème d’absentéisme , il faut en identifier les causes et les traiter plutôt que se cacher derrière un dispositif sanction rudimentaire.

Dans une délibération précédente nous avons parlé du nouveau régime indemnitaire des agents tenant compte des fonctions, des sujétions, de l’expertise et de l’engagement professionnel (RIFSEEP) qui pourrait être mis en place dans notre collectivité mais qui ne l’est toujours pas. Voilà pourtant un outil de gestion RH qui pourrait être mobilisé sans devoir créer quelque autre prime.

Enfin vous m’indiquiez tout à l’heure ne pas savoir si les personnes en congés maladie ou en congé maternité sont concernées par la prime et qu’un bilan va être fait de la mise en place de cette prime de présentéisme. Je m’étonne qu’il faille attendre 4 ans pour que ce bilan soit fait et pour que vous ayez enfin un avis sur l’efficacité d’une telle mesure. Par ailleurs,

Par ailleurs si les agents en longue maladie, maladie longue durée et congé maternité voyaient cette prime calculée prorata temporis, cela serait particulièrement injuste et discriminatoire notamment à l’encontre des agents en congé maternité. J’attends donc des éclaircissements sur ces points.

Grève des animateurs #Montrouge

Grève des animateurs #Montrouge

GREVE POUR PLUS DE MOYENS DANS LES ACCUEILS PERISCOLAIRES, CANTINES ET CENTRES DE LOISIRS

La rentrée scolaire à Montrouge a été présentée, par la majorité municipale, comme réussie. Mais la vérité est tout autre.

Après des difficultés dans les inscriptions dès le mois de septembre, les accueils périscolaires, les cantines et les centres de loisirs craquent.

Mardi 16 et mercredi 17 octobre : les animateurs seront en grève. Non pas pour de meilleurs salaires mais tout simplement pour des conditions de travail normales et un nombre suffisant de personnels permettant d’offrir un encadrement et des activités de qualité pour tous les enfants.

Près de la moitié des structures seront fermées ces prochains jours.

Par cette démarche, l’ensemble des agents titulaires et contractuels tirent la sonnette d’alarme sur leurs conditions de travail qui n’ont cessé de se dégrader.

La Mairie de Montrouge aurait tort de ne pas entendre les revendications de ce mouvement. Elle doit mobiliser rapidement les ressources humaines et financières nécessaires à un accueil de qualité pour toutes les structures périscolaires, les centres de loisirs et la restauration scolaire.

Il est urgent d’agir. C’est cette réaction que j’attends de la municipalité en faveur des familles montrougiennes.

Prévisions de grève

1- ECOLES Mardi 16/10/2018 : Temps périscolaire et restauration scolaire :

ELEMENTAIRE BOILEAU Fermé
ELEMENTAIRE BUFFALO Ouvert
ELEMENTAIRE RABELAIS Ouvert
ELEMENTAIRE QUENEAU Ouvert
ELEMENTAIRE RENAUDEL B Ouvert
ELEMENTAIRE RENAUDEL A Ouvert
ELEMENTAIRE BRIAND Ouvert
CLUB 8/13 RENAUDEL Ouvert
CLUB 8/13 BRIAND Ouvert
CLUB 8/13 ARNOUX Ouvert
ESPACE JEUNES Ouvert
MATERNELLE BRIAND Fermé
MATERNELLE RABELAIS Fermé
MATERNELLE BOILEAU Fermé
MATERNELLE BUFFALO Fermé
MATERNELLE M.ARNOUX Fermé
MATERNELLE HT MESNIL Fermé
MATERNELLE BERTHELOT Ouvert

2- Mercredi 17/10/2018 : ACCUEILS DE LOISIRS :

ALSH BOILEAU ELEM Fermé
ALSH BUFFALO ELEM Ouvert
ALSH DELERUE ELEM Ouvert
ALSH RENAUDEL ELEM Ouvert
ALSH BRIAND ELEM Ouvert
ALSH COLLEGIENS Ouvert
ESPACE JEUNES Ouvert
ALSH MATER BRIAND Fermé
ALSH MATER RABELAIS Fermé
ALSH MATER BOILEAU Fermé
ALSH MATER BUFFALO Fermé
ALSH MATER M.ARNOUX Fermé
ALSH MATER HT MESNIL Fermé
ALSH MATER BERTHELOT Ouvert
ECOLE DES SPORTS Ouvert

Platanes abattus à Montrouge – Audit phytosanitaire

Platanes abattus à Montrouge – Audit phytosanitaire

Dans un souci de transparence et pour que chacun puisse se faire une opinion sur les travaux en cours, vous trouverez ci-dessous l ‘ “Audit phytosanitaire et les préconisations de gestion” réalisé en juillet 2018 par Arbres et Paysages à la demande la ville de Montrouge sur les secteurs de l’avenue Jean Jaurès.

Dans cet audit vous trouverez arbre par arbre les préconisations de l’auditeur, ainsi que des remarques sur l’élagage des arbres fait à Montrouge. On y vérifie que sur les 164 arbres qui composent l’espace en voie d’aménagement, seuls 24 d’entre eux sont recommandés “à abattre” du fait de leur état phytosanitaire.

ABATTAGE DES ARBRES A MONTROUGE : RECOURS EN JUSTICE

ABATTAGE DES ARBRES A MONTROUGE :  RECOURS EN JUSTICE

Depuis cet été, dans la précipitation, le Maire de Montrouge a choisi de faire abattre l’alignement d’arbres qui se déploie de la place Creps à la place Jean Jaurès pour aménager l’avenue qui suit cet axe. Au total plus de 160 arbres sont menacés d’abattage. Certains sont déjà coupés.

Si la majorité municipale UDI/LR cherche aujourd’hui à verdir l’espace urbain, elle oublie de dire qu’elle est le principal acteur de son bétonnage depuis plus de vingt ans sans aucun scrupule quant au nombre de mètres-carrés cédés notamment à l’immobilier de bureaux.

J’ai défendu depuis longtemps la nécessité d’une végétalisation et d’un plus grand nombre d’espaces verts à Montrouge, mais dans le respect du patrimoine naturel existant.

L’aménagement non concerté de l’avenue Jean Jaurès ne peut se faire sans débat avec les Montrougiens et en dilapidant le patrimoine naturel que constitue une série d’arbres centenaires.

Le massacre de ces arbres doit cesser, leur sauvegarde est essentielle.

Aussi j’engage dès aujourd’hui un recours contre la décision de la Ville de Montrouge.

Platanes abattus à Montrouge : inacceptable !

Platanes abattus à Montrouge : inacceptable !

« L’homme qui massacrait les arbres ».
L’été 2018 aura été l’un des plus chaud de ces dernières années et celles qui viennent verront le phénomène s’accentuer selon les climatologues. Le dérèglement climatique est là et il va falloir changer nos comportements collectifs si l’on souhaite atténuer le réchauffement planétaire annoncé.
La végétalisation de nos villes doit y contribuer. C’était une de mes propositions dès 2014 alors que la majorité municipale n’avait fait que bétonner Montrouge depuis de nombreuses années et continue de le faire aujourd’hui.

Mais l’été 2018 sera aussi celui qui aura révélé la véritable ambition écologique de la municipalité.
Une ambition écologique qui se résume à l’abattage pur et simple de la quasi-totalité des platanes qui longent la voirie de la place Creps à la place Jean Jaurès. C’est une partie du patrimoine environnemental de la ville qui s’envole. Les platanes, pour beaucoup, centenaires sont tronçonnés les uns après les autres !!! Quel gâchis, quel scandale ! Leur état phytosanitaire n’imposait aucunement cela. Il n’y a qu’à observer l’état des coupes (voir photos).

24C6D66F-F2BC-4BEA-880B-7B766A6F7ABB
20180821 abattage jean jaures (3)
B031A117-C97E-43F4-9380-487CB15627EA

Le Maire et le paysagiste avaient indiqué lors de la réunion d’information sur l’aménagement de l’avenue Jean Jaurès que seuls les arbres malades seraient abattus et les autres déplacés. Une nouvelle réunion prévue à la rentrée devait aborder ce sujet. Au final seuls 30 platanes seront, semble-t-il, préservés sur les 90 existants. Qui peut croire que les 60 platanes ainsi abattus étaient tous irrécupérables… ? Tout cela sans concertation, sans information de la population. On voit à quoi servira cette prochaine réunion : à dire les choix irréversibles que le Maire a fait seul. Il restera donc celui qui aura massacré les arbres Montrouge au profit de sa seule ambition.

#MontrougeMériteMieux
L’intérêt des Montrougiens n’est pas celui-là. Il est de conserver, de préserver et d’améliorer le peu de patrimoine naturel de la ville. La mise en place d’un marché aux fleurs un week-end de printemps et quelque inauguration de bac à fleurs à un coin de rue ne suffisent pas à fonder une ambition écologique pour notre ville. Ce sont des moments certes sympathiques mais qui n’ont pour but que d’alimenter une communication « greenwashing » superficielle quand les Montrougiens sont en droit d’attendre des mesures bien plus structurelles sur ce sujet.

Car le projet d’aménagement de l’avenue Jean Jaurès n’est pas pour le Maire, un projet au service des Montrougiens ; si c’était le cas, il les aurait associés à son élaboration et défini avec eux les évolutions souhaitées. Ce projet n’est au final qu’un instrument électoraliste au service des prochaines échéances municipales. Les choses sont maintenant claires et les arbres de la ville en paient durement le prix !

Pour un Espace Colucci ouvert sur la ville

Intervention au Conseil municipal du 27 juin 2018

Concession de gestion et d’exploitation du foyer polyvalent de loisirs – Choix du délégataire

J’ai déjà dit à plusieurs reprises ici, notamment lors des échanges sur les rapports d’activité annuels de cet équipement, combien je trouve essentiel de mieux ré-inscrire l’Espace Colucci en premier lieu dans le quartier qui l’environne mais plus largement dans l’espace de la ville.

Le choix in fine du concessionnaire n’est pas un très choix cornélien dans la mesure où seul un organisme, l’Institut de Formation, d’Animation et de Conseil (IFAC) 92, s’est porté candidat au marché.

Ceci étant dit, quelques remarques sur cette délibération et le contrat de concession pour 5 ans qui nous sont soumis :

1. Il faut que l’Espace Colucci (et donc le concessionnaire retenu) fasse le maximum d’efforts pour s’ouvrir au quartier et à la population la plus large sans exclusive. Cela passe par un rapprochement avec les associations qui peuvent avoir une réelle convergence d’intérêt notamment sur la fonction de Centre social que joue cet équipement. Je pense notamment aux associations de quartier (comme cela a pu être le cas par le passé) mais d’autres associations tel qu’Ecoute Chômage ou celles qui luttent contre la fracture numérique tel que Numérique pour tous.

2. Il faut faire attention à l’articulation que l’on souhaite faire avec l’Espace Jeunes Saint Martin. Il faut travailler en complémentarité et non en sous traitance.

3. Enfin 4 points plus directement sur la convention de concession :

a. Sur le comité des usagers : le nombre de usagers prévu à 3 usagers à côté d’autres membres. Je pense qu’il faut renforcer ce conseil d’usagers en augmentant le nombre d’usagers y siégeant ce qui permettrait de diversifier leur profil, pour être vraiment représentatif de la population et de sa diversité.

b.  Tarif social : il y a une prise en compte de la situation des familles dans la tarification notamment selon le nombre d’enfants inscrits. il faut aller plus loin et appliquer une tarification selon le revenu du foyer quelque soit la situation de l’abonné (élève, étudiant, actif, chômeur ou retraité).

c. Il est expressément indiqué  dans la convention que l’équipement à prendre en charge contient un cinéma (cinéma qui est mis en avant dans plusieurs articles). Or je m’étonne qu’en conséquence on ne retrouve aucun projectionniste dédié à son fonctionnement dans l’équipe professionnelle minimale obligatoire (cf. Article 14 de la convention). Ce poste doit être sanctuarisé dans l’équipe de base obligatoire.

d. Enfin on s’attarde dans le rapport de présentation sur un objectif de réduction progressive de la subvention municipale. Au-delà de ce simple objectif comptable, on aurait pu se fixer une ambition sur le terrain des clauses sociales avec une ambition de progression pour les heures de travail réservées à des publics en parcours d’insertion.

Je voterai la délibération mais je resterai vigilant sur l’évolution de la place que prendra l’Espace Colucci dans les prochaines années.