Revalorisation de l’APA à domicile

Revalorisation de l’APA à domicile

La loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement est entrée en vigueur le 1er janvier 2016. Dans un contexte budgétaire contraint, ce sont 700 millions d’euros par an qui seront alloués à l’accompagnement de l’autonomie des personnes âgées. Cette loi met en avant l’anticipation du vieillissement de la société dans les politiques publiques. Il s’agira de préserver au mieux l’autonomie des personnes âgées en leur apportant tout le soutien possible. La revalorisation de l’Allocation personnalisée d’autonomie (APA) à domicile est l’une des mesures phares qui démontre la volonté gouvernementale de répondre à l’une des principales réoccupations des personnes âgées : celle de vieillir chez elles, dans de bonnes conditions et avec un accompagnement adapté à leurs besoins.

Quels changements sont apportés par la loi ?

Engager un véritable acte II de l’APA à domicile

  • Augmenter le nombre d’heures d’aide à domicile pour les âgés qui en ont le plus besoin
  • Réduire le niveau de participation financière (le « ticket modérateur »)
  • Exonérer de toute participation financière l’ensemble des bénéficiaires de l’ASPA (minimum vieillesse).
La quasi-totalité des bénéficiaires de l’APA à domicile (600 000 personnes) profiteront d’une baisse substantielle de leur reste à charge.

Par exemple, pour une personne en GIR 1 disposant de 1 500 euros de revenus mensuels, le reste à charge passera de 400 à 250 euros, soit une économie de 1 800 euros par an.

Revalorisation de l’Allocation personnalisée d’autonomie (Acte II de l’APA à domicile)
Les personnes fragilisées avec un plan d’aide actuellement au plafond bénéficieront du déplafonnement de cette aide :
pour les personnes avec une perte d’autonomie réduite  => 1 HEURE d’aide à domicile supplémentaire par semaine
pour les personnes les plus dépendantes avec un plan d’aide actuellement au plafond => 1 HEURE d’aide à domicile supplémentaire par jour

 

apa

La carte du futur Grand Paris

L’article 12 de loi MAPTAM a confié au préfet de la région Ile-de-France la responsabilité de préparer le projet de décret arrêtant le périmètre des futurs territoires de la métropole du Grand Paris, dans le respect d’un certain nombre de règles concernant le seuil démographique de 300 000 habitants, l’observance des périmètres des EPCI existants et la prise en considération des dynamiques de projets.

gd paris

Les territoires, qui vont prendre la place des intercommunalités actuelles, conserveront un pouvoir important, notamment financier. Ces 12 territoires d’au moins 300 000 habitants garderont une fiscalité propre jusqu’en 2021. Ils seront aussi chargés d’élaborer les plans d’urbanisme.

De Montrouge vers Bagneux : prolongement de la ligne 4 du métro

imageC’est une bonne nouvelle pour les Franciliens et plus particulièrement pour les Montrougiens et les Balnéolais : les travaux de travaux du prolongement de la ligne 4 reprennent.

J’étais ce matin avec les élus des villes de Montrouge et de Bagneux ainsi qu’avec notre député Julie Sommaruga au lancement du chantier par la RATP.

Ce prolongement reliera le terminus actuel, Mairie de Montrouge, à la station Bagneux, d’ici 2020 et permettra, à terme, à plus de 41 000 personnes de se rapprocher du centre de Paris.  La ligne 4 est actuellement la deuxième ligne la plus chargée du réseau avec en moyenne 647 000 voyageurs par jour.

Le coût total du projet est évalué à 380 millions d’euros (valeur 2011) financés par l’Etat, la Région Ile-de-France et le Département des Hauts-de-Seine.

Ce prolongement constitue la seconde étape du prolongement de la ligne 4 au-delà de la Porte d’Orléans. Il s’inscrit dans un contexte plus large de modernisation globale de la ligne 4 qui sera par ailleurs automatisée sans interruption majeure de trafic à l’horizon 2022. A terme, le nouveau terminus de la ligne sera connecté à la ligne 15 du Grand Paris.

Sur Montrouge, l’arrivée d’une deuxième station (av.Verdun) devrait dynamiser le quartier sud de la ville et être un facteur de développement pour les commerces de la ZAC Messier .

 

m4

 

image

image

 

Retrouver le dossier d’information de la RATP ici

Financement du passe Navigo à tarif unique à 70€

INFOGRAPHIE-01-CARTE-640-250-620x250

 

Lors de la séance plénière de juin, la majorité régionale a voté la participation régionale au financement du passe Navigo à tarif unique qui entrera en vigueur dès septembre 2015.

Une mesure profondément égalitaire

Sous l’impulsion politique de la majorité régionale, le Syndicat des transports en Île-de-France (STIF) va mettre en place au 1er septembre le Passe Navigo à tarif unique (70 €), valable pour l’ensemble des transports en commun franciliens.La mise en œuvre de cette mesure vise à améliorer la mobilité et l’accès de tous les Franciliens aux transports en commun. Issue d’une réforme tarifaire progressive initiée il y a près de 10 ans, cette mesure accompagne le développement de l’offre en petite et grande couronne et prépare le réseau de transports de demain. En effet, la tarification unique et le chantier du Grand Paris sont les deux faces d’un même projet qui tend vers un rééquilibrage aussi bien territorial que social au service de tous les Franciliens.Car dépasser les frontières tarifaires de la Carte Navigo, c’est ajouter une dimension sociale à la carte d’identité des franciliens. Les transports en commun sont un bien de première nécessité que nous ne pouvons ignorer. La mise en place de la Carte Navigo à tarification unique aura un impact concret sur la vie quotidienne et sur le pouvoir d’achat de millions d’usagers.

Un passe unique étendu aux collégiens, lycéens et appentis

Autre bonne nouvelle pour la jeunesse francilienne, le vote en séance plénière a ouvert la voie vers la mise en place de la tarification unique pour les collégiens, lycéens et apprentis dès la rentrée 2015.Un vote qui devra être confirmé lors du prochain conseil d’administration du STIF et qui envoie un signal fort aux scolaires d’Île-de-France.