BUDGET 2016, la solidarité sacrifiée !

Tribune Elus socialistes – HDS Mag n°45 – janvier-février 2016

Joaquim TIMOTEO

 

Notre département, le plus riche de France avec un budget de près de 2 milliards €, a les moyens pour que chaque habitant puisse bien y vivre. Pourtant, il reste le plus inégalitaire. Ses habitants et ses territoires en souffrent. Les choix opérés au travers du budget 2016 continuent de privilégier les mêmes publics et de ne pas aider, à la hauteur de leurs besoins les Altoséquanais les plus vulnérables.

Alors que la réforme territoriale renforce le département comme chef de fil en matière sociale, la part consacrée à la solidarité diminue et ne représente plus que 55% du budget total contre plus de 60% en 2015.

Les dépenses sociales ne se réduisent presque plus qu’aux seules dépenses imposées par la loi (RSA, APA, prestation de compensation du handicap). Au lieu d’une action renforcée en faveur de la solidarité, la majorité multiplie les coupes budgétaires. Ainsi, alors que le taux de pauvreté des 60-75 ans est nettement supérieur dans notre département à la moyenne nationale, les dépenses pour les personnes âgées sont revues à la baisse : moins 1M€ pour les aides ménagères, moins 2 M€ pour la carte Améthyste,…

Les efforts en faveur de la petite enfance ne sont pas au rendez-vous (moins 8 M€ ) tout comme le soutien aux crèches qui perd 6 M€ !

Enfin après une baisse de 600 000€ imposée en 2015, les centres de PMI subissent encore 700 000€ de coupe budgétaire alors même que ces structures de proximité manquent de personnel pour répondre aux besoins des familles.

La prise en charge de l’enfance handicapée en structures spécialisées (CAMSP) se voit retirer 1 M€ de budget…

Sur le terrain de l’insertion professionnelle, les actions visant à favoriser un retour à l’emploi par le biais d’un accompagnement socioprofessionnel renforcé au travers des 11 Espaces Insertion perdent 2,5 M€.

S’agissant des collèges, les investissements diminuent alors que les besoins de rénovation sont réels : moins  1,7M€ pour les crédits de maintenance et grosses réparations. Sans oublier la remise en cause du PASS 92, dispositif important pour encourager la pratique d’activités sportives et culturelles et soutenir l’activité associative.

Les élus socialistes continueront d’agir pour dénoncer ces choix qui sacrifient la solidarité et désengage le département de sa mission première.

 

Partagez !